Saturday, June 25, 2016

Bertrand Tavernier: Voyage à travers le cinéma français / A Journey Through French Cinema (introduced by Bertrand Tavernier)

FR 2016. D: Bertrand Tavernier. SC: Bertrand Tavernier, Jean Olle-Laprune, Stéphane Lerouge. ED: Guy Lecorne. M: Bruno Coulais. Commento: André Marcon. P: Frédéric Bourboulon per Little Bear, Gaumont, Pathé Production. DCP. 195’. B&w & col. French version with English subtitles.
    Da: Gaumont
    Subtitles by Cynthia Scoch, Lenny Borger
    Il Cinema Ritrovato (Bologna).
    Documenti e Documentari
    Moderated by Gian Luca Farinelli, introduced by Bertrand Tavernier, in the presence of the producer Jérôme Seydoux (Pathé).
    Apertura ufficiale del Festival

    Cinema Lumière – Sala Auditorium, 25 June 2016

Bertrand Tavernier, Bologna catalog: "This work as a citizen and spy, as an explorer and as a painter, as a columnist and as an adventurer that has been described so well by many authors, from Casanova to Gilles Perrault, it is a beautiful definition of a filmmaker that we want to apply to Renoir, Becker, to the Vigo of L’Atalante, to Duvivier, as well as Truffaut or Demy. To Max Ophuls and also Bresson. And to less known directors, Grangier, Gréville or Sacha, whom, during a scene or a film, sparkle an emotion, find some surprising truths."

"I would like this film to be an act of gratitude to all the filmmakers, writers, actors and musicians that have apparead suddenly in my life. Memory warms up: this film is a bit of coal for winter nights."
Bertrand Tavernier

Todd McCarthy quoted in the Bologna catalog: "One film in Cannes towered over all the rest: Bertrand Tavernier’s exceptional three-hour documentary. A firstclass French director since the 1970s, he knows film history like few others, and here has created a survey that is deep, insightful, extremely entertaining and personal. One of the very greatest documentaries about the history of cinema." Todd McCarthy, “Hollywood Reporter”, 23 May 2016

Lorenzo Codelli in the Bologna catalog: "“It is an impossible film, and I want to make it precisely for that reason”, boasted Jean-Pierre Melville. His student, and former assistant, Bertrand Tavernier has undertaken a la recherche du cinéma perdu which also constitutes an impossible challenge, both to time and to the intricate meanderings of the past."

"Tavernier interweaves autobiographical evocations tinged with self-irony and fabulous discoveries, in the manner of Coup de Torchon, about cineastes whom he has loved since childhood, and whom he later interviewed, frequented, supported and analysed. This irresistible storyteller with a warm Lyon accent draws us, fearlessly like Capitan Conan, through the valleys, hills and summits of French cinema, employing rare archival documents, an ocean of extraordinary film extracts and the precious support of Thierry Frémaux’s Institut Lumière."

"Throughout his unrestrained wanderings, he never forgets the changing, contradictory socio-political contexts: from the Popular Front to Pétain, De Gaulle and Pompidou. Such vast horizons have not been explored since the now-distant days of the episodic television adventures of Mario Soldati, a writer, director and polemicist just as omnivorous and omniscient as Tavernier."

"The series, comprised of nine fifty-minute episodes, will screen in many French cinemas from October, thanks to Pathé Gaumount – and hopefully in Italian cinemas after that. Until then, this brief taster, which was triumphantly received at Cannes, is now served, still warm, at Cinema Ritrovato as a succulent appetizer to the royal banquet to come. Que la fête commence."
Lorenzo Codelli

AA: This engrossing movie by Bertrand Tavernier is evidently inspired by A Personal Journey with Martin Scorsese Through American Movies and Scorsese's other great cinema journey, Il mio viaggio in Italia. The approach is also reminiscent of François Truffaut's book Les Films de ma vie, its title and approach inspired by Henry Miller's The Books in My Life. All share an affinity with Miller's motto: "These books were alive and they spoke to me".

Tavernier is known as a film historian of the highest order, not least thanks to his standard books on the American cinema written together with Jean-Pierre Coursodon (such as 50 ans de cinéma américain, at over 1200 pages). Tavernier is also known as a visionary film programmer at Institut Lumière, and I have seen his inspired programs also at Il Cinema Ritrovato and even in Finland: he planned a memorable touring retrospective of French post-war film noir for Institut Français. Among the films that I have discovered thanks to him is Henri Decoin's La Vérité sur Bébé Donge, one of the most successful Georges Simenon film adaptations.

French cinema is a huge subject. France is the world's second most important film production country, and Paris is the cultural capital of cinema. Tavernier solves the daunting challenge of selection by making it personal. It is about his journey of discovery, as a child and a young man, as a critic, press agent, assistant, and so on. We follow his passions regarding the famous and the less famous ones.

This is not a general overview. 35 years of silent cinema are omitted. Contemporary film-makers are not included. The earliest films discussed are from the 1930s, and the newest artists are ones who started during the Nouvelle Vague (though not necessarily belonging to it).

This focus makes the film stronger, more committed, more original, more passionate. We start with Jacques Becker, covering his full career. From Becker we switch to his mentor Jean Renoir. From Renoir we progress to one of his greatest stars, Jean Gabin, following his career to his late performances. Then we go on to Marcel Carné who cast Gabin into his most mythic roles.

There is a special emphasis on music. For Tavernier, music is the heart of the film. He focuses on two composers. Maurice Jaubert was the key composer of the 1930s, and in Le Jour se lève Tavernier identifies the music theme as being based on the heartbeat and Dies irae. Another great composer, also connected with Carné, especially after the death of Jaubert, was Joseph Kosma. We see the young Yves Montand singing "Les feuilles mortes", written for Carné's Les Portes de la nuit. Kosma's work for Renoir is showcased, as well.

Tavernier highlights three film scores with an emphasis on a solo instrument: Jeux interdits / Forbidden Games (the guitar), Touchez pas au grisbi (the harmonica - the theme became a hit song in Germany as "Wenn es Nacht wird in Paris", in Finland as "Kun yö saapuu Pariisiin" ["When Night Falls in Paris"]), and Ascenseur pour l'échafaud / An Elevator to the Gallows (the trumpet of Miles Davis).

It is not all about the canonized masters. There is an affectionate chapter on Eddie Constantine who made fine films for Jean Sacha (Cet homme est dangereux), John Berry (Ça va barder), and Michel Deville (Lucky Jo). Homage is paid to Edmond T. Gréville, "prince of the fringe directors".

Towards the end we focus on Tavernier's own mentors, Jean-Pierre Melville, and Claude Sautet. Classe tous risques is among the key films discussed.

This three hour "appetizer" to a series of 9 x 50 minutes is Bertrand Tavernier at his best, and it makes me look forward to see all.


Ce travail de citoyen et d’espion, d’explorateur et de peintre, de chroniqueur et d’aventurier qu’ont si bien décrit tant d’auteurs, de Casanova à Gilles Perrault, n’est-ce pas une belle définition du métier de cinéaste que l’on a envie d’appliquer à Renoir, à Becker, au Vigo de l’Atalante, à Duvivier, aussi bien qu’à Truffaut ou Demy. A Max Ophuls et aussi à Bresson. Et à des metteurs en scène moins connus, Grangier, Gréville ou encore Sacha, qui, au détour d’une scène ou d’un film, illuminent une émotion, débusquent des vérités surprenantes. Je voudrais que ce film soit un acte de gratitude envers tous ceux, cinéastes, scénaristes, acteurs et musiciens qui ont surgi dans ma vie. La mémoire réchauffe : ce film, c’est un peu de charbon pour les nuits d’hiver.

« J’ai eu l’occasion de voir Bertrand Tavernier et de partager avec lui son approche très personnelle du cinéma français, son
cinéma français. Il a fait un travail extrêmement précis et détaillé sur Jacques Becker, Marcel Carné, la musique dans le cinéma français des années 30, Jean Renoir et bien d’autres cinéastes. Un travail remarquable, fait avec une grande intelligence qui nous éclaire sur le cinéma classique français, sur beaucoup de cinéastes oubliés ou négligés, un travail très précieux. Vous êtes persuadé de connaître tout ça par cœur et arrive Tavernier nous révélant la beauté pure. » Martin Scorsese



Prévenir des cinéastes qui n’y sont pas, mais c’est se donner des verges pour se faire battre... expliquer qu’on n’a pas mis UN DE LA LÉGION pour des questions de matériel et qu’on l’a remplacé par MACAO ? Difficile de parler de la manière dont le film s’est élaboré, éclairé peu à peu, pris une forme plutôt qu’une autre, a découvert sa vie propre au fur et à mesure que l’on revenait sur des extraits, qu’on se heurtait au matériel, aux droits (ce qui m’a forcé à explorer de nouvelles pistes, exigé de nombreuses réécritures) mais est-ce à moi de l’écrire ou à quelqu’un comme Emmanuelle Sterpin (1ère Assistante à la Réalisation et documentaliste), Guy Lecorne (monteur), qui peuvent témoigner de l’absence d’œillères, de préjugés, de la liberté de ton. Et aussi des flambées d’enthousiasme.


Eh bien non, je l’avoue humblement, non. J’ai exploré, revu, découvert et j’ai laissé les films et les cinéastes s’imposer, trouver leur espace. Un nom en a entrainé un autre. Carné a fait surgir Jaubert et Renoir, Kosma. Oui évidemment je savais que j’allais dire mon admiration pour Renoir, pour Becker, Gabin, et brusquement mon ami Edmond T. Gréville a surgi et Jean Sacha. Et ce film de Grangier avec cet extraordinaire éclair autobiographique. Montrer que chez des cinéastes très différents, on
retrouve la même passion, la volonté d’expérimenter, le même respect du public, le même désir de les considérer comme des adultes. Et réagir en cinéaste à ce qui me touche dans des films, chez des auteurs très différents, évoquer la profondeur de champ chez Renoir, la manière dont Carné s’approprie une formidable idée dramaturgique de Trauner, l’influence de Welles chez Jean Sacha. Je m’identifie à la stupeur de Greville face à une exigence d’acteur (jouer un cul de jatte) qui risque de totalement perturber le tournage.

Je veux que ce voyage soit ludique, vivant, qu’il donne envie de revoir des centaines de films ; je veux montrer que l’exigence, on la trouve chez des cinéastes très différents, chez le Carné du JOUR SE LÈVE mais aussi chez le Delannoy de MACAO, du GARÇON SAUVAGE, dans certains plans de CET HOMME EST DANGEREUX.

Je veux arriver à faire sentir la fièvre créatrice qui régnait au 9 de la rue Kepler. J’y côtoyais pendant plus de trois ans Varda, Demy, Godard, Chabrol, Schoendoerffer, Rozier. Essayer de tracer un portrait de Melville qui fut avec Claude Sautet mon parrain dans le cinéma. De Melville et des studios de la Rue Jenner. Bienheureux ceux qui ont découvert le cinéma dans ces studios.

C’était sur un plateau du Studio Jenner. Un plateau complètement vide à part quelques immenses agrandissements photographiques de façades américaines qui allaient servir de découverte aux fenêtres du DOULOS. Et devant ces maisons aux escaliers de fer, nous parlions de Jean Cocteau, Jean-Pierre Melville et moi et je l’entends encore me dire : « Cocteau, il était d’abord ce que devrait être tout créateur français : un ambassadeur de France en France ».

Magnifique déclaration que j’ai envie de reprendre à mon compte pour ce VOYAGE À TRAVERS LE CINÉMA FRANÇAIS, cet exercice d’admiration et de reconnaissance comme disait Victor Hugo, « il y a dans l’admiration un je ne sais quoi de réconfortant.» BERTRAND TAVERNIER


« Le cinéma, ce muet de naissance comme dit Tristan Bernard, n'a jamais bien traité les musiciens. En France, on attend toujours une édition discographique de Van Parys, Cloërec, Auric, Honegger, Duhamel. Il a fallu Truffaut pour que l'on puisse écouter la musique de L'ATALANTE , composée par Maurice Jaubert. Malheureusement, toutes les autres oeuvres de ce compositeur ont disparu.

» Publiées en notes de pochette sur le trente-trois tours des « Enfants gâtés », ces lignes signées Bertrand Tavernier datent de 1977. Car le cinéaste est aussi un mélomane avide de musique au pluriel, militant depuis toujours pour la connaissance et reconnaissance des compositeurs du cinéma français. Notamment pour la constellation de musiciens mise en retraite anticipée par la Nouvelle Vague. Van Parys, Wiener ou Kosma ont pourtant été des vedettes de leur époque mais la fuite du temps, l'absence de publication phonographique, le renouvellement des générations, ont progressivement dissous leur souvenir. Comme une image qui s'éloigne et s'efface. C'est précisément contre cela que Bertrand Tavernier lutte au quotidien : l'érosion de la mémoire.

Lors des différents projets que nous avons partagés (anthologies des musiques de ses films, conférences), la curiosité têtue de Bertrand pour l'apport du compositeur m'a toujours frappée. Surtout sur un aspect décisif : comment la musique agit sur l'image, en transforme et complète le sens, comment l'écriture de la partition se révèle une forme de réécriture du film. Sans préjugé, Tavernier se passionne pour les musiciens de tous langages et générations, essaye de déterminer ce qui les rapproche et sépare, tente de cerner les singularités esthétiques de chacun.

D'une certaine façon, ces années d'activisme, de recherche et réflexion sur l'école française de la musique pour l'image trouvent aujourd'hui un point d'arrivée dans VOYAGE À TRAVERS LE CINÉMA FRANÇAIS. C'est là d'ailleurs l'une des originalités du documentaire : pour la première fois, placer les compositeurs à l'altitude de leur contribution, les relier à leurs metteurs en scène. De l'évocation sensible de Carné, Tavernier glisse vers celle de Jaubert, son double musical, au destin tragique. Avec science, il montre comment le cinéma a bousculé le destin de certains artistes, en les poussant à explorer des contrées vierges : la série dévoile qu'Henri Sauguet, symphoniste de Formation, se révèle un renversant compositeur de chansons dans LES AMOUREUX SONT SEULS AU MONDE.

Dans l'autre sens, Paul Misraki, compositeur des succès de Ray Ventura et ses Collégiens, découvre et approfondit la technique d'écriture pour orchestre grâce à Decoin, Becker ou Chabrol. Le dénominateur commun entre ces compositeurs, c'est une certaine distanciation avec l'image, contrairement à l'approche hollywoodienne où la partition « stabylobosse » chaque détail de l'action. C'est aussi, comme le souligne Tavernier, un goût pour les timbres solistes, de l'harmonica de TOUCHEZ PAS AU GRISBI à la trompette d'ASCENSEUR POUR L'ECHAFAUD, en passant par la guitare de JEUX INTERDITS. En deux mots, ce VOYAGE est à la fois un hommage et une célébration, mieux, un hymne aux musiciens du cinéma français. Beaucoup d'entre eux font figure d'inconnus célèbres. Cette armée des ombres, Tavernier la met en lumière.

Enfin, musicalement parlant, VOYAGE À TRAVERS LE CINÉMA FRANÇAIS se conjugue également au présent. Complice de Benoît Jacquot, Volker Schlöndorff ou Henry Selick, Bruno Coulais signe sa première bande originale pour Bertrand Tavernier. À la fois lyrique et moderne, d'une grande virtuosité rythmique, sa partition conforte l'idée d'un regard d'aujourd'hui sur le passé. En glissant ses propres notes entre celles d'Henri Dutilleux ou Jacques Ibert, Coulais assume l'héritage d'une longue tradition. L'un de ses maîtres est Georges Delerue, lui-même disciple de Maurice Jaubert, pionnier de la musique au cinéma. Jaubert-Delerue-Coulais : une chaîne se dessine. Tous se retrouvent dans un même credo : « La musique, comme le découpage, le montage, le décor, la mise en scène doit contribuer à rendre claire, logique, vraie, la belle histoire que doit être tout film. Tant mieux si, discrètement, elle lui fait don d'une poésie supplémentaire, la sienne propre. » Quel est l'auteur de cette profession de foi ? Ça pourrait être Bruno Coulais en 2016. Ne soyez pas surpris : c'est Maurice Jaubert en 1936.

Spécialiste de la musique au cinéma, Stéphane Lerouge est concepteur de la collection discographique « Écoutez le cinéma  » chez Universal Music (125 références depuis 2000).


Pathé et Gaumont présentent

Un film écrit et réalisé par
Avec la complicité de
Et la collaboration de
Stéphane LEROUGE
Produit par
Musique originale composée et orchestrée par
Textes lus par
assisté de
assistée de
Emmanuel JEGO
 1ère Assistante à la réalisation et documentaliste
Emmanuelle STERPIN
Olivier DO HUU
Une coproduction
Little Bear
Pathé Production
Avec la participation de
Et avec le soutien de la
Région Ile de France
En partenariat avec le CNC


JACQUES BECKER - Dernier atout - Casque d'or - Les Amants de Montparnasse - Rendez-vous de juillet - Le Trou - Éduard et Caroline - Falbalas - Antoine et Antoinette - Touchez pas au grisbi - Goupi Mains Rouges - Rue de l'Estrapade - I: Truffaut on Becker, I: Gaultier on Falbalas - ♪ jazz: Rex Stewart (Rendez-vous de juillet) - ♪ "Le Temps de cerises" (Casque d'or)

Luc Moullet: Les Sièges de l'Alcazar
Jean Delannoy: Macao, l'enfer du jeu

JEAN RENOIR - La grande illusion - La Marseillaise - Partie de campagne - La Règle du jeu - Le Crime de M. Lange - Toni - La Chienne - La Bête humaine - French Cancan - I: Jean Renoir, I: Jean-Paul Le Chanois - ♪ "La Marseillaise" - ♪ Italian sing song and Toni's song (Toni)

JEAN GABIN - Le Jour se lève - La belle équipe - Remorques - Au-delà des grilles - Sous le signe du taureau

Marcel Carné: Les Portes de la nuit - période noir
JEAN GABIN - Le Nuit est mon royaume - back after the war with a white hair - Gabin portraying a blind man - Des gens sans importance - Gas-oil - Le Chat - La Vérité sur Bébé Donge - Voici le temps des assassins - En cas de malheur - Le Désordre et la nuit - La Traversée de Paris - Le Président - Maigret tend un piège - Un singe en hiver - Razzia sur la chnouf
I: Jean Gabin, I: Alain Delon

MARCEL CARNE - Les Assassins de l'ordre - Le Jour se lève - Hôtel du Nord - Les Enfants du paradis - Les Portes de la nuit - I: Marcel Carné - I: Henri Jeanson - I: Alexandre Trauner

MAURICE JAUBERT: music as the heart of the film - ♪ Le Quai des brumes, old Breton theme - ♪ L'Atalante - ♪ 14 Juillet - ♪ Un carnet de bal - ♪ Le Jour se lève: heartbeat + Dies irae - Truffaut

MUSIC ON FILM: three unforgettable scores with one key instrument:
♪ 1) Jeux interdits: the guitar
♪ 2) Touchez pas au grisbi: the harmonica
♪ 3) Ascenseur pour l'échafaud: the trumpet of Miles Davis
- - -
Bresson: Un condamné à mort s'est échappé: ♪ W. A. Mozart: "Kyrie" (Grosse Messe in c-Moll, KV 427)
Cocteau: La Belle et la Bête - ♪ Georges Auric
Ophuls: Madame de... - ♪ Georges van Parys
Bresson: Les Anges du péché - ♪ Jean-Jacques Grünenwald
Tourneur: Justin de Marseille - ♪ Jacques Ibert

Carné: Les Portes de la nuit - ♪ Joseph Kosma: "Les feuilles mortes": Yves Montand *
Berlin influences from Brecht & Weill
I: Antoine Duhamel
Renoir: ♪ Partie de campagne - ♪ La grande illusion: the anti-military march approach (Schubert) - ♪ La Bête humaine
♪ Carné: Les Enfants du paradis: the French spirit
♪ Le Crime de M. Lange: the song "Au jour le jour, à la nuit, la nuit"

Cet homme est dangereux: D: Jean Sacha, influenced by Welles, DP: Marcel Weiss
John Berry: Ça va barder (Serenadi kahdelle pistoolille), the first film to defy the black list
Michel Deville: Lucky Jo - I: Michel Deville

Les 400 coups, Tirez sur le pianiste
Henri Langlois, an erratic Dadaist
Macao, l'enfer du jeu doublé en Vietnamese
André Malraux: L'Espoir
Julien Duvivier: Allo Berlin? Ici Paris!
Rétro Louis Daquin
Yves Martin
Bertrand Martinand
Jean Delannoy: Le garçon sauvage
Edmond T. Gréville, the prince of fringe directors - Remous - Stroheim, Dieu de Gréville - Menaces, the only French anti-Munich film - Le Diable souffle, très artisanal - a writer: memoirs, a novel

JEAN-PIERRE MELVILLE - Bob le flambeur - Deux hommes dans Manhattan, ♪ Christian Chevallier - narrative, lack of script - Les Studios Jenner - Le Doulos, Montmartre, resistance, insomnia, les nuls / les chefs-d'œuvre - Melville & Sautet, my movie godfathers - Leon Morin, prêtre, Tavernier as a German soldier - L'Armée des ombres - champ / contre champ - I: Volker Schlöndorff - Le Doulos

Agnès Varda: Cléo de 5 à 7
I: Claude Chabrol - L'Œil du Malin - Georges de Beauregard, Rome-Paris Films - Landru
Le Mépris, ♪ Georges Delerue / ♪ Piero Piccioni
Louis Aragon & Elsa Triolet
Pierre Schoendoerffer: La 317e Section
Michel Cournot

CLAUDE SAUTET - Classe tous risques, my first review, my first interview - I: Claude Sautet - script doctor - Maurice Labro: Le Fauve est lâché - I: Lino Ventura - I: José Giovanni - Les Choses de la vie - Michel Piccoli rages - Max et les ferrailleurs - Pierre Rissient: fluidité de mise-en-scène - coat that darkness - the chill of winter

No comments: