Friday, July 01, 2016

Weda'an Bonapart / Adieu Bonaparte (2016 digital restoration in 4K by Misr International Films, TF1 Droits Audiovisuels and La Cinémathèque française)




وداعًا بونابرت FR/EG 1985. D+SC: Youssef Chahine. Cinematography: Mohsen Nasr. ED: Luc Barnier. AD: Onsi Abou Seif. M: Gabriel Yared. C: Michel Piccoli (Caffarelli), Mohsen Mohieddin (Ali), Patrice Chéreau (Bonaparte), Mohsena Tewfik (la madre), Mohamed Atef (Yehia), Christian Patey (Horace), Hoda Sultan (Nefissa). P: Humbert Balsan, Marianne Khoury, Jean-Pierre Mahot per Misr International, Ministère de la culture (Cairo), Lyric International, Ministère de la culture (France), Renn Productions (Paris), TF1 Films Production. [The film was not released in Finland]. DCP. 115’. Col.
    C also: Gamil Ratib (Barthelemy), Taheya Cariocca (la sage femme), Claude Cernay (Decoin), Mohamad Dardiri (Sheikh Charaf), Hassan El Adl (Cheikh Aedalah), Tewfik El Dekn (Le Derwiche), Seif El Dine (Kourayem), Hassan Husseiny (le père), Farid Mahmoud (Faltaos), Hoda Soltan (Nefissa), Salah Zulfakar (Cheikh Hassouna).
    Restored in 2016 by Misr International Films, TF1 Droits Audiovisuels and La Cinémathèque française with the support of CNC, Fonds Culturel Franco-Américain, Archives audiovisuelles de Monaco e Association Youssef Chahine at Éclair laboratories and at L.E. Diapason studio, from the negative and the sound magnetic tapes
    Restored in 4K
    Il Cinema Ritrovato, Bologna
    Ritrovato e restaurato
    DCP from La Cinémathèque française
    Introduce Gian Luca Farinelli, Frédéric Bonnaud (La Cinémathèque française)
    Arabic and French version with English subtitles
    Cinema Arlecchino, 1 July 2016

Frédéric Bonnaud (Bologna catalog): "Thirty one years after being presented in the official competition of the Cannes Film Festival, Adieu Bonaparte returns in a new restored version. At the time, the film received a lukewarm, if not downright hostile, reception: several journalists judged the project ‘anti-French’ and it would not have been completed were it not for the direct support of the Cultural Minister Jack Lang, who was in the line of fire in almost all the attacks. In France, History is never written with a cool head and the idea that an Egyptian dared pit himself against Bonaparte (not yet Napoleon) could only provoke polemic."

"During the press conference Youssef Chahine, Michel Piccoli and Patrice Chéreau had to strenuously defend a film that didn’t respect the academic rules of historical reconstruction. It was judged a confused work and its absence from the Palme-winners forewarned of its failure at the box-office, where it was seen by little more than 50,000 people. But this matters little: the French-Egyptian alliance between Youssef Chahine and the producer Humbert Balsan was set, and would last for twenty years."

"It is its richness and complexity that makes Adieu Bonaparte a strangely contemporary film. It is as if History had validated all of Chahine’s intuitions, especially the most pessimistic ones about disaster in the Middle East, in particular in light of the mad hopes raised by the Egyptian revolution of 2011."

"Showing the people of Cairo asking how they should resist the French (under what banner? In the name of what?), Chahine is simultaneously a historian and a prophet. He does not condemn anyone, even if it is clear that he prefers the ardent humanism of General Caffarelli to Bonaparte’s genius for publicity, and he multiplies characters and points-of-view so that none of them is ever completely wrong or completely right. This interior split is typical of an Egyptian who had studied in California, an Arab intellectual possessing a universal culture, who was the greatest Egyptian filmmaker, free and cosmopolitan, hated by the powers-that-be and adored by the people. This is where the Renoir-like genius of Chahine resides. Adieu Bonaparte is his Marseillaise." – Frédéric Bonnaud

Cinando synopsis: "In 1798, Napoleon lands his army in Egypt, defeats the Mamluk [Mamelouk] warlords (the remnants of Ottoman rule), and goes on to Cairo. Three brothers, who are Egyptian patriots, chafe under Mamluk rule and reject the prospect of French domination. Bakr, the eldest, is a hothead, quick to advocate armed rebellion; Ali is more philosophical and poetic; Yehia is young and impressionable. One of Napoleon's generals, the one-legged intellectual Caffarelli, wants to make Frenchmen out of Ali, Yehia, and other Egyptians, opening a bakery where their father works, becoming a tutor, and declaring his love for them. Is tragedy the only resolution of these conflicting loyalties?"

AA: As the show started a half an hour late, and there were also long introductions, I could not stay until the end of the film because of another scheduled appointment. I saw 80 minutes of the film.

An epic on Napoleon's Egyptian campaign directed by the master Youssef Chahine. In the 1970s Chahine had founded his Misr production company. His films had considerable range from personal semi-autobiographical films to big budget historical epics. Starting from the 1982 French-Egyptian cultural exchange agreement Chahine's films were French co-productions. Adieu Bonaparte was produced on the biggest budget so far of an Egyptian film.

Patrice Chéreau offers a convincing performance as Napoleon, but although Napoleon is the primus motor of the action, he is not the protagonist of the narrative. In this Chahine is following the guidelines of Walter Scott on the historical novel: never make a great personality of history the protagonist of fiction.

Instead, we have an Egyptian family, and especially the three brothers Bakr (the rebel who incites the entire family to move from Alexandria to Cairo), Yehia (the literate one who has learned French from a young Alexandrian woman of Greek background), and Ali (the youngest one, the director's alter ego played by his favourite actor Mohsen Mohieddin).

Egypt is still under the last remains of the rule of the Ottomans (the Mamluks) and the resistance against the Mamluks and the French invaders who present themselves as liberators is incoherent.

The French protagonist is General Caffarelli (Michel Piccoli), a fearless soldier, scholar, and man of culture whose affection to the Egyptians is genuine. He has lost one leg by the time the film starts. During it he will lose an arm, and he will die in the siege of Acre in the Egyptian campaign.

Adieu Bonaparte belongs to Chahine's studies of the cosmopolitan tradition of Egypt, his vision of a great heritage where Muslims, Jews, and Christians co-exist. Instead of building a drama of clear-cut demarcation lines it blurs them by showing Caffarelli's profound sympathy with Egyptians, and also, characteristically for Chahine, developing a love story between men in Caffarelli's close relationships with Ali and his brothers.

Herodotus in his Histories acknowledged ancient Egypt as the main influence for Classical Greece. As we now know that means that the genesis of Western civilization is in ancient Egypt. Napoleon's campaign led to the rediscovery and renaissance of the magnificent Egyptian legacy. Ancient Egypt was probably the first universal civilization. Chahine, too, belongs to this great tradition.

The historical reconstruction feels faithful, and the epic battle scenes are impressive.

The digital restoration is impeccable, the image is sharp, the colour is bright. The purity even borders on the clinical in its sharpness and brightness.

FROM: CINÉMA(S) LE FRANCE

Charles Tesson
Cahiers du cinéma n°373


"Le titre est d’une clarté sans appel. Il pointe le cadre de la commande (la campagne d’Egypte, du débarquement des troupes françaises à Alexandrie jusqu’à la déroute de Saint-Jean d’Acre), il en détache la figure centrale, Bonaparte, responsable politico-militaire de cette geste historique, tout en marquant avec cet «adieu» un souhait énoncé par tout un groupe : le peuple égyptien qui, à travers l’arrivée de Bonaparte, découvre son autre envahisseur, turc (l’empire Ottoman et ses «Mamelouks»). Vu sous cet angle, le titre assène un discours massif, dogmatique, qui signe sans ambage l’acte de naissance du nationalisme égyptien. Le film de Chahine, avec une remarquable intelligence politique vis-à-vis de son sujet, s’empresse de relativiser ce slogan, d’en troubler la teneur idéologique. Car avant d’être un titre, Adieu Bonaparte est une phrase de dialogue qui clôture une scène capitale. Caffarelli vient de perdre Yehia, mort dans une explosion accidentelle, et il dit à son frère Aly combien il l’aimait. Aly s’attache à lui préciser que cette amitié, cet amour dont il est lui aussi l’enjeu est une possession de plus : les Français annexent la terre d’Egypte, la ville (les portes arrachées dans les quartiers du Caire), bafouent la religion (l’attaque dans la mosquée malgré la promesse, de Bonaparte de respecter l’Islam), veulent posséder l’air (l’expérience scientifique du ballon à vapeur) mais aussi, physiquement, les gens et leurs corps. Au moment de partir, Aly lance à voix haute à la figure de Caffarelli un «Adieu Bonaparte !» Ce mépris et cette méprise consciente, ostensiblement affichée, qui est en fait une fausse sortie, un faux adieu, scelle le sujet central du film, sorte de nœud borroméen, où il s’avère impossible de faire la part entre ce qu’un individu est, dans sa singularité irréductible, et ce qu’il représente à l’intérieur d’un système auquel il participe activement ou passivement. La scène finale, très belle, rétablit un subtil et nécessaire équilibre. Caffarelli agonise tandis que les troupes bonapartistes sont défaites et Aly, venu lui rendre une ultime visite, lâche à voix basse un timide et discret «Adieu Caffarelli», à peine murmuré, contrepoint sonore et affectif du précédent. Ce quiproquo d’expression (cette phrase du titre qui s’est trompée sciemment d’adresse en visant Caffarelli) et cet adieu à deux voix, en deux temps (le second rectifiant le tir du premier), ne vont pas manquer de dérouter. Plus du côté égyptien, des pays arabes où, sans trop anticiper sur les réactions à venir, on aurait sans doute préféré que le premier adieu prononcé soit aussi le dernier, le seul, clouant le film sur un discours irrévocable et quelque peu manichéen. De manière grossière, que Caffarelli et Bonaparte, c’est du pareil au même (la réversibilité, des noms propres) et qu’il n’y a pas d’un côté un mauvais colonialisme (sa partie militaire assumée par Bonaparte qui aurait aimé qu’on lui construise en priorité des fortifications et non des moulins à blé) et un bon de l’autre, stigmatisé par Caffarelli, civilisateur et culturel (l’Institut, l’imprimerie). C’est compter sans Chahine qui, ayant en main un sujet explosif (le colonialisme français) s’acharne, avec une très grande lucidité, à prendre le contre-pied des idées reçues qui le guettent. Car pour dire adieu au personnage de Caffarelli, Chahine, tout comme Aly, a besoin de s’y prendre à deux fois. Avec l’idée que l’adieu dit le plus fort n’est pas forcément le meilleur (concrètement, c’est l’autre qui a le dernier mot) et que s’il y a une relation d’apprentissage qui se noue entre Caffarelli et les deux frères, Aly et Yehia (de la langue, du savoir et de la technique), Chahine la situe également au niveau de l’individu et du regard porté sur lui : il faut du temps à Aly pour voir ce que représente Caffarelli, sa surface signifiante politique, pour voir et atteindre ensuite ce qu’il est, en toute liberté. C’est le sens de la dernière phrase de Caffarelli confiée à Aly où il dit qu’il l’aime moins, en termes de possession, mais tellement mieux. En entrant dans la salle, les gens s’attendront à voir Bonaparte et, en sortant, ils auront découvert Caffarelli. Si Chahine a manifestement beaucoup investi dans le personnage, l’a développé au détriment de Bonaparte, allant jusqu’à en faire un double de lui-même, dans le prolongement direct du portrait autobiographique de La Mémoire, il est un peu comme Aly lorsqu’il lui dit une première fois adieu : il ne perd jamais de vue l’autre personnage (Bonaparte) dans le sien. Effectivement, on voit peu Bonaparte dans le film mais il reste constamment présent dans le sujet, à travers le comportement de Caffarelli sur lequel le film, progressivement, se recentre. Le pire contresens à propos de Adieu Bonaparte serait de reprocher à Chahine d’avoir privilégié Caffarelli pour mieux se dérober à la commande (une super coproduction) et à ses implications idéologiques (un épisode d’histoire coloniale et d’insurrection nationaliste). Là où le film est fort, c’est qu’il traite vraiment son sujet (la campagne d’Egypte) avec une acuité qui s’accroit paradoxalement à mesure que l’intrigue, partie sur des scènes de foule, se resserre autour des relations entre un individu et une famille d’Alexandrins. En plaçant Caffarelli au centre d’un tissu double de relations - le conflit politique qui l’oppose en permanence à Bonaparte sur la question des urgences à mener, lourd d’un non-dit affectif (leur amitié) et le lien sans réserve qui l’attache à Yehia puis à Aly - Chahine peut, avec une rare aisance, passer de la scène historique à grosse figuration à la scène intimiste sans jamais casser le fil majeur qui arrime le sens de l’histoire. Si Caffarelli a souvent raison contre Bonaparte, il n’a pas toujours raison contre Aly - d’où un éclat haineux de son «adieu Bonaparte». Les différences entre Bonaparte et Caffarelli (ce dernier ira jusqu’à ironiser sur sa mission civilisatrice car, une fois la flotte française décimée par Nelson, il ne reste plus rien à faire ici pour Bonaparte, sinon de «grandes choses») passent par le comportement, l’attitude. Pour Chahine, de toute évidence, le champ de la perception (l’écoute et la vue) recoupe le champ du politique."

"Contrairement à Caffarelli, aventurier suicidaire (il s’enlise dès qu’il pose la première fois les pieds sur le sol égyptien), sensible en permanence aux vibrations de l’espace qui l’entoure, Bonaparte est montré comme un personnage aveugle et sourd, en homme politique du XXe siècle, à l’air des médias. Son regard halluciné ne voit pas l’autre mais se voit en train d’être vu et entendu, prenant la pose au pied d’une pyramide et déclamant à son compte une phrase déjà prononcée. A vouloir se fondre à toute allure dans la culture arabe, quitte à afficher son insertion au prix d’un caméléonisme burlesque et dérisoire (la scène où il apparaît à ses troupes en costume arabe, enturbanné, tandis que CaffareIli s’est amusé à revêtir Aly et Yehia d’uniformes français), Bonaparte en vient à oublier l’essentiel : à vouloir entrer un peu trop vite dans la danse et faire montre de sa propension à faire corps avec le rythme de l’autre (on le voit effectivement à l’image : Bonaparte tient la bonne cadence, jamais à contretemps), Bonaparte omet d’écouter la musique, sourd au fait qu’elle a cessé d’émettre depuis quelques secondes (ce moment formidable où on le voit danser seul, ridicule dans sa hâte à hystériser la culture de l’autre). Inversement, si Bonaparte est sourd au signifiant (la musique arabe), s’en moque éperdument, il comprend en revanche très vite les enjeux de son signifié et ruse avec ses sens multiples (il les manipule, les utilise à son profit, quitte à les singer dans une précipitation aux effets catastrophiques), tandis que CaffareIli - ce en quoi il est un personnage tragique et émouvant, perdu d’avance - est perméable au signifiant arabe (sa culture, ses gens, sa langue), avec le risque de s’y griller, mais ne veut rien savoir, jusqu’au bout, de ses signifiés. Quand Ali parle en arabe à CaffareIli, il aime cette voix, entend cette langue, sa musique mais il ne comprend pas ce qu’elle lui dit («Egypte, si tu meurs...», cri du cœur du ralliement nationaliste). Cet amour du signifiant, sensuel et somptuaire, occulte chez CaffareIli une dimension dont Ali fixe les limites : dans le champ affectif qu’il tisse vers l’autre, il reste sourd et aveugle à la demande implicite de reconnaissance de l’autre, au fait qu’Aly est Aly mais représente aussi un morceau concret de conscience égyptienne contre l’occupant français, l’amorce d’un «Bonjour l’Egypte», revers symétrique de son «Adieu Bonaparte». (...)" Charles Tesson (Cahiers du cinéma n°373)

Paul Louis Thirard
Positif n°292

"L’expédition de Bonaparte en Egypte, note Gilles Perrault dans sa biographie d’Henri Curiel, ne fut pas, pour la France, une aventure historique de grande ampleur, de celles qui marquent les nations. Elle fut limitée dans le temps, dans les moyens, n’entraîna guère de suites palpables. Pourtant, de nombreux Egyptiens y voient la date initiale de la vie de l’Egypte moderne. (Et parmi eux, un type peu suspect d’excessive francophilie, ou de complaisance envers l’impérialisme colonisateur : Gamal Abdel Nasser). Le pays séculairement endormi au bord du Nil, asservi par la puissance turque, est brusquement secoué et réveillé. Le peuple prend conscience de son existence, même si c’est, au départ, à cause de la démagogie de Bonaparte. Le rôle des «savants», auprès du peuple, va dépasser infiniment l’habituel alibi culturel du colonisateur : d’un coup, cela va faire connaître son ancienneté au peuple égyptien ; cela va lui faire saisir sa grandeur passée. L’aboutissement, ce sera, environ un siècle et demi (c’est peu !) plus tard, le renversement de Farouk, le retrait de la «puissance coloniale anglaise», puis l’affrontement de Suez. Les rapports, ensuite, entre Egypte et France sont dans toutes les mémoires et font partie de l’ensemble de la vie politique du Proche Orient."

"Que le cinéma égyptien s’intéresse à cet épisode de l’Expédition, rien, donc, que de très naturel ; il est intéressant que ce soit fait en coproduction avec la France, en utilisant, donc, des acteurs français. Le regard de l’excolonisé sur un épisode de colonisation risquerait d’être manichéen : ici, il y eut une colonisation «manquée» (la puissance coloniale, pour l’Egypte, ce fut l’Angleterre), et tous les mythes «colonisateurs» (égale = «civilisateurs», apportant la culture, etc.) étaient ici à l’état natif, naïf, quasi sincère pour beaucoup. Le tout, mélangé avec ce qui sera (mais très peu après) le mythe napoléonien : le continuateur de la Révolution française, les armées venues délivrer les peuples de leurs dirigeants oppresseurs, etc. Bien sûr, colonialisme, impérialisme, ça tourne mal. Le schéma du film, c’est donc l’arrivée des troupes de Bonaparte et les conséquences que cela a sur le peuple égyptien, à travers une famille de fellahs. La préparation du film semble avoir été très soignée, et la construction du scénario en résulte séduisante. Elle évite, bien sûr, le «film colonial» comme son manichéisme inversé. Elle présente les Français sans complaisance, mais sans vrai ridicule : l’humour qui montre, par exemple, un Premier Consul prêt à tout, même à se convertir à l’islam, pour suivre la trace d’Alexandre, ne dégénère jamais en ironie facile. Et puis, pour faire un grand film populaire, il fallait intercaler le panache, les armées, les guérillas... avec la vie du peuple lui-même, quotidienne, résumée dans «cette» famille. Il fallait montrer l’impact relativement très fort de l’activité «culturelle» française, quand on ne se méfiait pas encore de cet «alibi». Il fallait raconter une histoire d’amour - et ici, c’est, très intelligemment, celle de l’amour malheureux de Caffarelli, le savant, pour un jeune fellah - puis pour son frère. (...)" Paul Louis Thirard (Positif n°292)

No comments: